Depuis que j'ai commencé la microscopie, j'ai toujours eu une attention particulière pour les diatomées et une certaine fascination quand à l'art et à la manière de pouvoir les disposer en tableaux plus ou moins artistiques.
Devant l'intérêt croissant que j'avais pour ces réalisations, j'ai commencé il y a quelques années à vouloir les manipuler afin de pouvoir arriver à ce que j'espérais obtenir.
Les débuts ont été plus que laborieux mais la persévérance et une certaine dose d'obstination ont fini par porter leurs fruits.

Il n'existe pas une seule méthode de travail mais je suppose que chaque diatomiste possède la sienne.
Quoiqu'il en soit, je vais décrire plus bas les étapes importantes qui mènent au résultat final. Bien sûr, avant de commencer un travail, je sais ce que je vais essayer de réaliser .
Et bien sûr, je fais en fonction des diatomées dont je dispose, (c'est vrai que je commence à en avoir beaucoup, autant en choix qu'en quantité pour certaines d'entre elles.
 
   


Le travail se fait en 3 étapes distinctes.

- La première est le nettoyage trés rigoureux et drastique (capital pour la suite) de lame et lamelle.
Ensuite intervient le moment de l'encollage (je possède deux types de colle, une complètement synthétique je pense et l'autre à base de gomme de Tragacanth , méthode des vieux diatomistes comme J.D.Möller et plus récent comme K.D.Kemp).
L'application de celle ci m'a demandé pas mal de recherches et donc d'échecs.
Le dosage est différent si je vais coller de grosses diatomées ou bien de très fines et fragiles valves.
- La deuxième étape consiste à constituer le motif désiré (j'y pense à l'avance si c'est une rosette part exemple).
Les diatomées issues de la solution mère sont disposées sur des lames mères, et de là, je les attrape une par une, les nettoie car elles sont souvent souillées de fines particules et les place sur la lame ou la lamelle.
L'agencement est en régle générale souvent périlleux, une régle à ne pas outrepasser est de ne pas casser une diatomées sur l'espace de travail (souillures).
- Quand l'agencement est fini, on passe à la troisième étape qui est le montage de la lamelle, puis et enfin le lutage...
Il faut que rien ne bouge, ce n'est pas toujours le cas.
Et suivant que j'utilise tel ou tel médium, mon protocole de montage peut-être différent.


Voici pour les grandes lignes, il ne vous reste plus maintenant qu'à vous essayer dans cette discipline......

 

 
Cliquez sur l'imagette pour agrandir re cliquez sur l'image agrandie pour revenir ici.


NDLR:


L'auteur de ces magnifiques compositions peut vous préparer sur commande, des exemplaires uniques que vous serez les seuls à posséder.
Vous pouvez le joindre sur son site: