LA  PREPARATION  DES  DIATOMEES

Première partie : le traitement

  Jean LEGRAND

 

 

 

Tout d'abord la récolte  ! Pour " attraper " les diatomées, dans tous les endroits où elles peuvent se trouver, et dieu sait s'il y en a, des endroits, il faut des flacons, des bocaux, des bouteilles,  des pipettes, des tubes, des tuyaux, bref, rien de bien compliqué... tout dépend de l'endroit où on va ...à la pêche !
La plupart des objets dont on peut avoir besoin peuvent d'ailleurs facilement se bricoler et s'inventer.
Pour les atteindre dans des endroits un peu éloignés...des rivages, nous avions inventé, avec un ami ,
( celui de la photo ) et moi même, pas mal d'engins, dont cette canne à pêche avec un  tuyau en plastique
et une ancienne bouteille souple de shampoing détournée de sa fonction première une fois vide, promue au grade de pompe aspirante pour aller au fond du bassin... Je me rappelle aussi avoir utilisé une fois une louche ficelée au bout d'un bâton, ce qui m'avait permis de laisser pantois quelques badauds perplexes qui n'étaient pas loin de me prendre pour un original... Mais vous me comprenez ! Soyons sérieux, ce qui n'exclut pas l'humour !

Quand on revient à la maison, on vide les flacons avec tout ce qu'ils contiennent, séparément ou pas, dans un récipient ( ici un bécher ) plus grand, où on va pouvoir les traiter. Une bonne précaution, si vous n'avez pas le temps de vous y mettre tout de suite, est de mettre dans chaque flacon de récolte quelques gouttes de formol, ce qui évite tout risque d'altération de leur contenu. Il est bon aussi de prendre une goutte dans chaque flacon et de regarder tout de suite avec un objectif faible ce qu'elle contient : souvent il y a -heureusement- des choses intéressantes, quelquefois...rien du tout ! Sachez tout de suite que ce mode de traitement, que j'utilise depuis longtemps, est relativement long ( plusieurs jours ), mais il donne des résultats parfaits.

Ensuite commence la chimie ! Dans le contenu du bécher, ou d' un autre récipient, verser  (environ  l'équivalent de 10 % du contenu total de ce récipient ) de concentré d'eau de Javel à 47° chlorométrique  (celle des berlingots ). Si vous n'en avez pas, mettez 50 % de javel pure ( sans additif parfumé ou autre cochonnerie ). Les diatomées ne vont pas aimer : elles vont s'ouvrir comme des moules et laisser déjà échapper un peu de leur protoplasme. Laisser en contact 2 à 3 heures.

Sur une photo prise à ce stade, on voit quelques diatomées plus ou moins vides, et particulièrement une qui vient de s'ouvrir et laisse échapper son contenu. Notez que l'intense couleur verte est 
due à un filtre...vert (!) destiné à " gommer " certaines aberrations chromatiques, lors de l'étude
 des sujets uniquement bien sûr, mais invisible et très efficace en noir et blanc.

Ensuite, horreur,(!)  il faut triturer sur un tamis, ( une passoire à tisane en fines mailles métalliques va très bien ; demandez la permission à votre épouse, mais après, la passoire ne pourra plus servir qu'à ça ! )
 en transvasant dans un autre récipient et en
ajoutant de l'eau. Ceci sépare les grosses impuretés dont les diatomées ont été détachées par l'eau de Javel ( grains de sable, brindilles ,mousses, cadavres de bestioles qui n'avaient pas besoin de se trouver là...etc. Laisser reposer au minimum 6 heures, même une nuit si c'est l' heure d' aller vous coucher !

Après ce temps, vous allez retrouver votre solution comme sur la photo 2, c'est à dire avec un dépôt qui contient un maximum de diatomées, mais hélas encore beaucoup d'autres choses ! Avant tout, il va falloir décanter cette solution, c'est à dire retirer l'eau sans toucher à notre précieux dépôt...Pour cela, deux solutions : la première c'est la centrifugeuse ( il existe des modèles à main ), à proscrire absolument car son action est trop brutale et beaucoup de fragiles diatomées sont cassées, nous en avons fait l'expérience! La deuxième est évidemment beaucoup plus longue, mais infiniment délicate : il faut enlever l'eau en la pompant avec...une poire en caoutchouc en vente chez le pharmacien du coin... ( il croira que vous l'achetez pour autre chose, mais vous lui expliquerez, je le sais, j'y suis passé ! ).
C'est extrêmement efficace; il fait bien sûr opérer avec beaucoup de minutie sans toucher au dépôt, en laissant le moins d'eau possible.Certains produits flottent, par adhérence de bulles de gaz.Il faut alors agiter avec moult précautions ou tapoter légèrement le fond du récipient sur la table.

Il va falloir répéter ce lavage-décantation 3 fois, en rajoutant à chaque fois bien sûr le maximum d'eau et en agitant doucement, en évitant l'eau du robinet, qui contient du chlore ( eau de source genre 
Cristalline ).Il peut être bon de regarder à ce niveau une goutte de solution pour voir s'il y a beaucoup de débris et reprendre si nécessaire le processus depuis le bain d'eau de javel. Mais reprendre à l'eau de javel est
inutile si l'on peut calciner.

Les trois lavages- décantation sont obligatoires pour deux raisons; d'abord parce que les grains de sable-s'il y en a -ne peuvent être séparés que par sédimentations fractionnées. Ils tombent très vite ( quelques secondes ), les diatomées beaucoup plus lentement, donc on peut retirer ces grains par aspiration du sédiment avant dépôt complet, vérifier toutefois que le dépôt résiduel " primaire " ne contient pas de beaux sujets ! Après la troisième décantation, on recouvre la hauteur du dépôt avec de l'acide chlorhydrique.(c'est celle qui sert à détartrer les toilettes ou a ajuster le ph des piscines ), et on complète avec de l'eau. C'est la seconde raison pour laquelle il faut que les lavages précédents aient été parfaits, sans quoi, s'il restait des traces d'eau de javel, il pourrait y avoir un dégagement de chlore dangereux.
Laisser agir
24 heures. Le traitement chlorhydrique va dissoudre en grande partie les impuretés minérales et organiques.

Après cela, il faut faire encore deux lavages-décantation pour éloigner l'acide...si vous en avez la possibilité, il est bon de contrôler le  dernier lavage avec du papier indicateur de ph.

Ensuite vous allez pouvoir passer la solution dans un ( ou des !) flacons pour pouvoir la conserver pour des préparations ou des observations ultérieures . Pour ma part, j'utilise des petits flacons de 10 ou 20 ml ( en vente chez le même pharmacien du coin pour trois fois rien ) .Il faut encore faire deux lavages-décantation, mais cette fois dans les flacons, c'est beaucoup plus rapide, vu la moindre quantité de liquide présent.Il est souhaitable de faire ces lavages à l'eau distillée, et d'ajouter une à deux gouttes d'ammoniaque dans le premier lavage, ceci pour précipiter au fond du flacon les diatomées qui oseraient encore flotter dans le volume d'eau. Après le dernier ( mais oui !) lavage-décantation, remplir le flacon avec de l'alcool à 90°.

Il ne reste plus qu'à soigneusement étiqueter les flacons. Il est conseillé d'employer toujours les mêmes modèles pour se constituer une collection qui sera ainsi particulièrement soignée .


Voir la suite dans la deuxième partie :

LA PREPARATION DES DIATOMEES : Le montage.
  

 

 
Cet article vous a intéressé ? vous a passionné ?
 
 
Alors nous vous invitons à en discuter avec son Auteur ou bien au sein du groupe
 
 
 
 

© MicrOscOpieS.com MicrOscOpieS.org Mikroscopia.com et les Auteurs.

Toute reproduction même partielle du site MicrOscOpieS.com ou des Articles du Magazine MicrOscOpieS est interdite sans l'accord du Propriétaire ou des Auteurs

 
 
© Tous droits réservés. MicrOscOpieS.com , MicrOscOpieS.org & Mikroscopia.com