Le chaetognathe : étrange créature

Jean-Marie Cavanihac,

 

 

 

Au delà des surprises que l’observation microscopique nous réserve, se pose - rapidement - aux amateurs que nous sommes, la difficulté d’ identification d’un sujet. Pour illustrer ce propos mais aussi pour présenter un sujet fort intrigant, voici un remake en "VF" de mon premier article de microscopie, paru dans le magazine Anglais Micscape.……

 Lorsque j’ai repris la pratique de la microscopie, à l’occasion de la récupération d’un microscope Wild M 20, au siècle dernier (hé oui, c’était avant l’an 2000 ! ) , je ne partais pas tout à fait de zéro, (je savais à quoi ressemblaient un protozoaire, un rotifère, un tardigrade ou même une euglène …) mais j’avais cependant de fortes lacunes en biologie et surtout en taxonomie !

La première grosse interrogation se manifesta le jour ou j’observais ce sujet : En fait il y avait deux spécimens dans le prélèvement, les voici en fond noir et clair; images composées à partir de plusieurs images format 384 x 288 de ma caméra N&B (image en fond clair colorisée manuellement !)

Comme je n’avais aucune (mais alors aucune !) idée de ce que cela pouvait être je désignais les images sous le nom de code PVnnn , dans mes " X files " (autrement dit mes dossiers d’inconnus : PV étant les initiales de Poisson Vorace, bien que je savais qu’il ne s’agissait pas d’un poisson ! )

Là se pose la question de fond : où chercher quand on ne sais pas ce qu’on cherche (le guide du chercheur dit : " quand on ne sait pas ce qu’on cherche, on ne sait pas ce qu’on trouve ! " ce qui ne nous avance pas vraiment ). Les débuts d’internet n’apportaient pas grand chose (et même encore aujourd’hui si on n’a pas les mots clés !) …Je passais des heures à associer les mots clés (en français et anglais ) Plancton/plankton, zooplancton/ zooplankton, Copepode and predateur (copepod /and predatory) ….la recherche sur plankton + Microscopy me présenta dans les premières occurrences du moteur de recherche Altavista (à l’époque) le site anglais Microscopy–UK (éditeur de Micscape) ** je vous parle d’un temps ou la liste et le forum n’existaient encore que dans l’esprit de Michel !

Après avoir lu plusieurs articles d’archive de Micscape Library, je repérais quelques microscopistes (peu !) qui semblaient s’intéresser au plancton dont Wim Van Egmond dont les magnifiques images de diatomées et de larves de crustacés me laissaient rêveur. Mon niveau en Anglais tendant vers le zéro (pas absolu mais presque !) … je fus un peu rassuré en sachant que Wim était néerlandais et donc excuserai mes fautes d’expression. (de plus la France n’ayant jamais eu de contentieux guerrier avec les pays bas, je ne risquais pas de provoquer un nouveau Waterloo !! ) ..j’envoyais donc un message accompagné des photos aux éditeurs de Micscape , qui me routèrent aimablement vers d’autres amateurs (dont Wim, ce qui confirmait ma première impression) .. et je dois dire que l’excellent accueil qui me fut fait par les un et les autres me réconcilia avec la langue de Shakespeare …

La réponse arriva : il s’agissait d’un chaetognathe, probablement de l'espèce Sagitta. J’appris aussi que ces créatures sont plus connues en anglais sous le nom d’ " arrow worm " ou " vers en forme de flèche " (vous voyez pourquoi !) .. Bien que mes images aient été de piètre qualité, le sujet semblait assez rare et Wim m’encouragea à écrire mon premier article en me proposant aimablement son aide pour le mettre en page , ce dont je le remercie encore chaleureusement.

Ce qui fut fait et mon tout premier article de microscopie " the chaetognathe a strange creature " est à cette adresse :
http://www.microscopy-uk.org.uk/mag/artjan00/chaet.html

Ci dessous quelques autres spécimens rencontrés depuis: probablement de l'espèce Spadella, (le dernier étant une image reconstituée à partir des images petit champ d'une autre caméra Cmos analogique, mais couleur cette fois !)

Mais revenons à la première observation : j’essayais d’approfondir la connaissance de l'animal : la partie la plus impressionnante est bien évidemment les ‘crocs’ qui servent à la préhension des proies : voici une image en détail de la tête : les crocs sortent ici par compression sous la lamelle. (Image à l'APN Pentax Optio M10 6 mpx)

Le système digestif est rudimentaire et transparent : les proies y avancent grâce à des contractions de la musculature et sont digérées en 45 minutes environ ; sur le Sagitta une sorte de couronne ciliée est visible à l’arrière de la tête mais sa fonction reste obscure.

 

 

Détail de la couronne ciliée.

Image caméra N&B

 

 

 

On remarque aussi sur les premiers spécimens , de part et d'autre de la nageoire caudale, deux sortes de taches, que je pris, dans un premier temps, pour des ventouses ou des zones adhésives car l’animal pouvait se fixer au fond en restant à l’affût. (ce qui ne simplifie pas sa capture !) Il ne repose pas à plat mais avec la partie antérieure du corps dressée à environ 20° un peu comme un reptile à l’affût. En fait il existe bien une sorte de ventouse centrale aux alentours de l'anus. Pendant que j’observais , je vis ces taches se dégonfler et se vider en émettant des filaments : voir un phénomène inconnu sur un animal inconnu vous place quasiment face à un extra terrestre ! Mon hypothèse de ventouses n’était pas la bonne : il s’agissait en réalité de vésicules spermatiques que ces animaux hermaphrodites peuvent échanger avec un de leurs congénères ! et les filaments qui s’agitaient n’étaient autre que des spermatozoïdes !! (cette précision me fut aimablement apportée un peu plus tard par un biologiste d'un célèbre institut américain, qui m'envoya spontanément un E mail , me permettant ainsi de rectifier l'article.)

Sur une observation ultérieure d'une autre espèce, je rencontrais dans la partie inférieure cette fois des structures sphériques qui étaient probablement des ovocytes ou des embryons ,

car quelques jours plus tard j’eu la surprise de voir apparaître des mini chaetognathes dans la boite à culture où j’avais placé le spécimen.

Depuis cette première observation, j'ai rencontré d'autres spécimens, que j'ai photographiés avec des moyens nouveaux (caméra couleur CCD analogique, puis Appareil photo numérique 6 megapixels...) par exemple ci dessous image en fond clair, Appareil photo Numérique au X 15 avec collages d' une dizaine d'images :

Un détail de la tète , comme elle n'est pas horizontale l'image a été obtenue par fusion de deux images prises sur des plans légèrement différents : les yeux sont constitués chacun de 5 cupules contenant les cellules rétiniennes. L'image de droite montre un détail des "crocs" de capture au x 40 :

Pour faire sérieux , une de mes références (Biologie animale, 2° cycle -agrégation) donne la classification suivante : métazoaires triploblastiques, coelomates, deutérostomiens à symétrie bilatérale (si, si, je n'invente rien !!) . Le genre principal est Sagitta, mais il existe aussi l' espèce : Spadella. Leur corps porte des soies, constituées de chitine comme les "crocs", ce qui est tout à fait exceptionnel et leur servent à repérer les proies par les vibrations dues à leur nage . .. ceci pour conclure qu'il s'agit du groupe le plus isolé du règne animal... bon, pour une première observation, j' étais tombé sur un sujet ... inclassable !!

Mais le prédateur peut aussi se faire " prédater " : les chaetognathes représentent à certaines périodes de l'année une population presque aussi importante que celle des copépodes et servent d'alimentation de base pour les alevins de poissons. D'autres prédateurs les guettent aussi, j' en ai vu capturés par de micro méduses et comme exemple, cette image (Aiptek Pencam SD2) où l’on voit très bien, à droite, la tête d’un chaetognathe dont le corps est déjà enroulé à l’intérieur de quelque chose qui l’aspire, le quelque chose étant bien évidemment un… GPCnnn (pour Grand Prédateur de Chaetognathes… !!)… dont les images ont aussi rejoint les " X files " en attente de détermination …

Perpetuum mobile ! (pour les non latinistes : mouvement perpétuel !)

Petite conclusion, à l'attention des timides, de ceux qui n'osent pas montrer leurs travaux .... j'espère que mes premières photos d'origine vues plus haut obtenues avec caméra N & B, vous enlèveront tout complexe quand à la qualité d'image !!! Pourvu que le sujet soit suffisamment net et complet, de telles images sont suffisantes pour identifier, publier, et à titre d'anecdote la toute première image en haut de cet article (en fond noir ) m'a été demandée et reprise sur le Web par des organismes scientifiques et d'enseignement.

JMC

 

MicrOscOpies

Si cet article vous a intéressé ? vous a passionné ?

 
Alors nous vous invitons à en discuter avec son Auteur ou bien au sein du groupe
 
 

© MicrOscOpieS.com MicrOscOpieS.org Mikroscopia.com et les Auteurs.

Toute reproduction même partielle du site MicrOscOpieS.com ou des Articles du Magazine MicrOscOpieS est interdite sans l'accord du Propriétaire ou des Auteurs

 
© Tous droits réservés. MicrOscOpieS.com , MicrOscOpieS.org & Mikroscopia.com