DEMARRER EN MICROSCOPIE - I Que voir ??? (suite) par J.M. CAVANIHAC


- allez visiter les pièces d'eau dans votre jardin public, jardin tout court, vasques des fontaines de villages, anciens abreuvoirs, anciens lavoirs...bref, partout ou il y a de l'eau et des dépôts verdâtres : ne prenez pas que de l'eau mais grattez ces dépôts, prélevez un peu de vase au fond , des filaments d'algues flottantes ... vous en aurez au moins pour une bonne semaine d'observation entre les diatomées, protozoaires, puces d'eau, rotifères, ostracodes, larves d'insectes copépodes d'eau douce, amibes et j'en passe ...!

images: de gauche à droite et de haut en bas : clostérium, cosmarium (x 40), pediastrum, spirogyres, daphnie (puce d'eau) , ostracode, copépode d'eau douce, au 15 x

- prélevez des mousses vertes humides (attention ! : pas des lichens qui sont secs et mettent plusieurs années à pousser ) imprégnez les d'eau, laissez reposer une nuit et pressez les comme des éponges : vous trouverez dans l'eau qui s'écoule des rotifères, vers, tardigrades (plus rares...)

Rotifères : lecane, rotifer vulgaris, ver nématode, 2 amibes, objectif 15 x

- pour ceux qui ont la chance de vivre prés de la mer : observer des vieilles cordes ou morceaux de bois immergés et prélever quelques algues qui poussent dessus : en les agitant dans de l'eau de mer vous ferez tomber des diatomées aux formes extraordinaires : laissez décanter et observez : vous aurez probablement une douzaine de copépodes , de petits crustacés ou de larves diverses en prime...

images : diatomée coscinodiscus, striatella, gyrosigma, larve pluteus d'oursin



- grattez un peu les poissons (pas les surgelés panés !) et observez la diversité des écailles: écailles de limande ici : (mosaique 6 images x 15)
Juste une dernière recommandation , sans faire trop 'écolo' ( je suis pourtant de la génération 68 … Bonjour l'ancêtre !…) ne prélevez pas trop d'échantillons : inutile d'arracher une plante entière pour récolter des poils ou du pollen (une fleur ou une feuille ou deux suffisent) ou un kilo de mousse pour voir des rotifères. Respectez la nature, il y a déjà assez de gens qui la dégradent. Idem avec les prélèvements liquides, mais là c'est vous qui serez bien ennuyés quand il faudra transporter des litres ! . Essayez plutôt de concentrer les prélèvements sur place par filtration (tissu fin, vieux collants…) et diluer le résultat dans 100 ml d'eau locale.
Dernier point et là, c'est très important : éviter les prélèvements dans des zones à risques, en particulier à la campagne : pollution par le crottin, lisier ou fosses septiques avec des micro organismes PAS DU TOUT SYMPATHIQUES pour nous: virus de l'hépatite A ou bien le Bacile du Tétanos par exemple . Portez des gants à usage unique (en latex : pas en plastique thermo-soudé car étanchéité = 0) , désinfectez votre matériel de prélèvement et d'observation après usage (trempage prolongé dans eau javellisée par exemple, ou alcool à 70° ) . Ne remplissez jamais une pipette en aspirant avec la bouche: utilisez une poire en caoutchouc (cela va sans dire mais mieux encore en le disant..) . Attention aux coupures sur les doigts (celles faites par des morceaux de couvre objets sont souvent invisibles...) qui peuvent s'infecter avec des échantillons contaminés.   
Si ces quelques images ne vous ont pas définitivement convaincus de l'infinie diversité du monde microscopique et des heures passionnantes que vous pourrez passer à ramasser des échantillons, observer, classer, identifier …faire des découvertes inattendues (même dans des endroits ou vous êtes passés dix fois, car les organismes changent selon les saisons…), alors laissez tomber, utilisez votre microscope comme presse papier et scotchez vous devant la télé ….!

 Retour PAGE 1