LARVACEES

- micro aliens ou lointains cousins ? -




Jean-Marie Cavanihac


 
La première fois que je vis un de ces habitants du plancton marin, son apparence me fit penser à la créature du film 'Alien : même 'cerveau' hyper développé, tête allongée terminée par une bouche étrange , 'œil' proéminent ... et je le classais dans la catégorie des OMNIs puisque je ne savais pas vers où orienter mes recherches. Ce fut d'ailleurs mon premier échange de courrier avec l'éditeur du magazine MICSCAPE, qui me mis en relation avec des spécialistes qui identifièrent aimablement mon inconnu
 
 
Les larvacées, anciennement appelées 'appendiculaires' appartiennent à l'ordre des tuniciers ainsi nommés car leur corps est enveloppé dans une 'tunique' au travers de laquelle l'eau et les nutriments circulent. De fait la larve des tuniciers ressemble assez aux larvacées. Mais ces dernières ne subissent pas de métamorphose comme les tuniciers lorsqu'ils se fixent, et restent toute leur existence dans ce stade pseudo larvaire dans lequel elles peuvent se reproduire : ce phénomène s'appelle la néoténie.
 
 
Mais comme les larves de tuniciers elles possèdent aussi une caractéristique extraordinaire : c'est l'embryon d'un système nerveux périphérique, organisé autour de la notocorde avec la 'corde' qui est un tube neural parcourant la queue, et qui les rattache à l'embranchement des cordés, d'ou sont issus les mammifères , ce qui les fait apparaître comme nos lointains ... cousins.
 
 
Les mois d'été, leur densité dans l'eau de mer approche et dépasse même celle des copépodes : elles représentent également un important volet de la chaîne alimentaire en servant de source de nourriture pour les jeunes poissons venant d'éclore.
 
 

Mais je pense que vous aimeriez voir à quoi ressemblent ces étranges créatures et voici donc deux images de 'face' et profil : il s'agit probablement de l'espèce Oikopleura .

Ps : il s'agit de l'article 'miroir' en Français d'un article de septembre 2003 que j'ai fait pour Micscape , et vous voudrez bien excuser les termes anglais restants dans certaines images .

 
 
 
 
Un gros plan sur le corps permet de distinguer plusieurs organes : le volumineux 'cerveau' étant en fait le système reproducteur et "l'œil" un statholite : bille de matériau dense qui fonctionne comme un accéléromètre et permet à l'animal de repérer sa position .
(image au x 15 )

 
 
 
     
 
Mais il y encore plus extraordinaire : c'est la façon de 'pécher' de ces créatures : la glande à mucus secrète une sorte de 'maison' qui entoure l'animal et dispose de deux niveaux de filtres : l'un à grosses mailles pour arrêter les débris sans intérêt et le second bien plus fin pour laisser passer l'eau et capter le micro phytoplancton dont il se nourrit : ce deuxième jeu de filets est connecté par un tube à la bouche de l'animal qui, n'a plus qu'à aspirer comme au travers d'une paille : on voit d'ailleurs le mouvement des cils dans le pharynx et l'estomac . Pour que ce dispositif sophistiqué fonctionne , la larvacée crée un courant d'eau dans son abri en battant continuellement de sa queue selon un mouvement sinusoïdal . L'animation MPEG liée montre ce mouvement (prise au x 2,5 )
 
 


Voir l'animation

 
 
Notre ami microscopiste Hollandais, collaborateur de Micscape , Wim Van Egmond a réalisé un très beau dessin animé de la maison de cet animal :
http://www.microscopy-uk.org.uk/mag/artjan01/oiko.html
 
 
Lorsque le filtre primaire est colmaté ou lorsque cette fragile maison est détruite , la larvacée s'échappe et en reconstruit immédiatement une autre . Ce processus est malheureusement difficile à observer car ces créatures semblent posséder un métabolisme élevé gros consommateur d'oxygène et ne vivent pas plus d'un jour même si vous placez l'échantillon au frais pour ralentir le besoin en oxygène . Ces structures très transparentes sont difficiles à observer car elles sont détruites lors du recueil du plancton par filet et de toute façon la larvacée s'en échappe .
 
 
Cependant il est parfois possible d'observer des 'maisons' anciennes parce qu'elles ont piégé des débris et deviennent alors visibles. Elles se retrouvent souvent au fond de l'échantillon et il est probable qu'elles représentent également une source de nourriture pour divers autres organismes marins.
 
 
Une seule fois j'ai pu trouver et identifier une ce ces maisons avec les filtres colmatés (la pollution doit exister aussi pour les larvacées ! ) par des particules sombres : l'image de gauche montre les deux filtres et le gros plan de droite permet d'apprécier la taille des mailles du filtre grossier : à peu prés 0,05 mm .

 
 
 
     
 
 
Sur l'image de gauche en fond noir (objectif 2,5 x) on voit l'image de la structure complète (il s'agit d'un autre spécimen que ci dessus : (Coarse filters = filtres grossiers )
 
         
 
Plusieurs espèces de larvacées sont hermaphrodites et possèdent donc les organes reproducteurs mâle et femelle : précisément ces organes : ovaires et testicules sont localisées dans la partie qui évoque un cerveau ! (...n'allons pas jusqu'à dire qu'ils ne 'pensent' qu'à ça ! ) . Mais je n'avais jamais observé le processus de reproduction. Peut être à cause des températures élevées de l'eau cette année, quelques spécimens contenaient des œufs à maturité : les images de deux d'entre eux ci dessous montrent les œufs à l'intérieur de l'ovaire. Malheureusement les individus sont mal conservés et la queue est déformée

 
 
 
     
 

Quelques œufs étaient libérés dans l'eau et les naissances se produisirent rapidement : voici un œuf et quelques étapes de la croissance des jeunes larvacées :
 
 
 
     
 
 
Un gros plan du corps d'un de ces jeunes montre parfaitement le statolithe déjà formé .
 
         
 
J'espère que vous avez été fasciné par ces créatures et leur technique de pêche sophistiquée . Encore une preuve s'il en était besoin que la mer - et le monde microscopique - sont pleins de merveilles !
 
 
Toutes les images sauf celle des œufs dans les ovaires, sont faites sur des spécimens vivants (entre deux battements de queue ! ) Bonjour la patience !
 
     

 

 

 
Cet article vous a intéressé ? vous a passionné ?
 
 
Alors nous vous invitons à en discuter avec son Auteur ou bien au sein du groupe
 
 
MicrOscOpies
 
 

© MicrOscOpieS.com MicrOscOpieS.org Mikroscopia.com et les Auteurs.

Toute reproduction même partielle du site MicrOscOpieS.com ou des Articles du Magazine MicrOscOpieS est interdite sans l'accord du Propriétaire ou des Auteurs

 
 
© Tous droits réservés. MicrOscOpieS.com , MicrOscOpieS.org & Mikroscopia.com