LE MONDE FASCINANT DES
ROTIFERES (suite)


Jean-Marie Cavanihac,

 

 

Colurella , de très petite taille (plus petit qu'une paramécie !) et parfois confondu avec Lepidella.

Colurella (Obj: x 40)
 

Autre 'marin' : Hexarthra, difficile à saisir car en plus il fait des bonds (mais oui !) grâce à deux appendices que l'on voit en haut . Ici il est 'comprimé entre lame et lamelle ce qui contribue à le calmer !

Hexarthra
 

 

Trichotria ( Obj: x 15 )
Un peu plus exotiques ces Trichotria avec leur queue fourchue portant deux épines à la base.
 

Trichocerca qui partage le même habitat, et existe en plusieurs variantes : noter le mastax très allongé

Trichocerca (Obj: x 40)
 

 

Monommata (Obj: x 6,3)
Monommata avec ces deux appendices comme des plumes gracieuses
 
 

Habrotrocha qui se caractérise par deux petits "yeux" sur son rostre central ! Image au x 15 (voir détail en médaillon au x 40 )

Habrotrocha (Obj: x 15)
 

 

Cephalodella (Obj: x 40 )
Cephalodella peut être nommé ainsi parce qu'il semble avoir une "grosse tête" !
 

Squatinella un des plus petit aussi

Squatinella (Obj: x 15)
 

Limnias melicerta qui se construit un petit tube protecteur (qui ressemble à Floscularia de la même famille mais ce dernier se construit un tube constitué de boulettes fécales )

Limnias melicerta (Obj: x 15)
 

 

Anuraeopsis fissa (Obj: x 40)
Curieux aussi Anuraeopsis fissa (Merci beaucoup à Walter Dioni pour l'identification) qui se confectionne un œuf aussi gros que lui ! (la population avait entièrement disparu le lendemain du prélèvement)
 

 

Colotheca ( Obj: x 15)

 Mais je terminerai par le plus surprenant : le Colotheca qui n'a pas de couronnes ciliées mais 'pêche au filet" en étendant ses longs filaments qu'il déploie d'un mouvement gracieux. Il n'est pas très commun et difficile à repérer car il ne fait pas de 'vagues' ! Il porte aussi un œuf dans la photo ci dessous.

Voir ci dessous l'animation montrant le déploiement de son réseau !

 

Bon d'accord, j'ai un peu triché : en tapant sur la platine le Colotheca rétracte ses tentacules ce qui nous permet d'admirer ensuite leur déploiement : comment des tubes plus fins que le micron peuvent ils être tendus de manière aussi rigide ?

Colotheca (Obj: x 15)
 

 

J'espère que vous avez aimé cette ballade au pays des rotifères et ces quelques exemples d'images que vous pourrez rapporter si vous vous aventurez dans ces contrées microscopiques: il y aurait des heures et des heures d'observations à mener pour chacune des 2000 espèces, étudier leurs habitudes alimentaires, leur modes de reproduction…. Puissent ces quelques exemples recueillis dans des habitats très divers et parfois insolites, donner l'envie de partir à leur rencontre et collectionner leur portraits de famille ! Mais les rotifères posent encore bien des questions : comment résistent ils aux conditions extrêmes, quel est le 'signal' qui les fait éclore ou au contraire s'enkyster: la température, les matières dissoutes, les cycles d'éclairement…? Bref un terrain d'exploration sans limite, si ce n'est celle de notre imagination …

NB : TOUTES les images sont faites sur des individus vivants, remis ensuite dans leur bocal.

 

Voici une série de liens sur les rotifères :
 
http://www.microscopy-uk.org.uk/mag/wimsmall/rotidr.html
http://ebiomedia.com/gall/rotifers/rotifermain.html
http://spark.nasa.utep.edu/~rotifer/servlet/rotifersearch.search_edito
http://data.acnatsci.org/biodiversity_databases/rotifer.php/types
   

 

RETOUR : PAGE 1 des rotifères