DECOUVERTE D'UN NOUVEAU

ROTIFERE


( Notommata veroleti )

par Michel Verolet,

Avec l'aimable participation de Roger Pourriot dans l'aide à l'identification.


 

 

Notommata veroleti

 

 

Avant toute chose , je tiens à remercier Roger Pourriot qui depuis quelques temps m'aide beaucoup pour approfondir  ma passion pour les rotifères et sans qui cette nouvelle espèce serait encore une inconnue.

 
 

Tout à commencé lors d'une ballade en VTT prés de chez moi. J'ai toujours un récipient pour faire d'éventuels prélèvements et je connaissais cette petite vasque d'eau où j'avais déjà prélevé sans toutefois y trouver de choses intéressantes

 
 
Site de la découverte.

 

La vasque

 

 

 

Cette vasque d'eau de dimension 2,40m par 1m et d'une profondeur de 0,25m est alimentée par une source qui aux  dires des anciens est permanente.
L'eau y est acide pH 5.9
Température de l'ordre de 13°C
Conductivité :60μS/cm
On est en terrain gréseux ,avec une végétation alentour de pins et chênes .Il y a des plantes aquatiques qui restent à déterminer.


 
Plantes aquatiques
 
 
 

Après essorage de ces plantes dans un tube, de retour à la maison j'ai pu observer des rotifères assez imposants en taille ( proches de 0.7mm) que j'ai pris au départ pour des Notommata copeus (voir sur le forum)
Mais en fait , ils n'en avaient aucune des caractéristiques si ce n'est une taille proche.
J'ai donc comme à mon habitude fait quelques photos que j'ai envoyé à R.Pourriot.
Malgré sa grande connaissance des rotifères et plus spécialement du genre Notommatta, il n'a pu m'en donner le nom. Un rotifère de ce genre là , d'une taille aussi grande et qui ne ressemble à rien de connu ne pouvait être qu'une nouvelle espèce.
D'un commun accord il en ferait la description et le nommerai Notommata veroleti du nom de son découvreur

 
 

Je renvoie le lecteur pour plus d'informations à la description qui en a été faite

 
 
Roger POURRIOT: "Une nouvelle espèce de Rotifère de France.(Monogononta,Notommatidae) "
"Bulletin de la Société zoologique de France" 131, 3, 2006". (A paraître)


 
 

Je vous propose une description plus imagée à partir des multiples photos que j'ai pu prendre et dont les commentaires proviennent des réflexions  avisées de R. Pourriot

 

 

 

Voici son étude en images.
 

 

 

Présentation de Notommata veroleti

 

Plaque bucale

 

Comme beaucoup de Notommata celui-ci présente une plaque buccale ventrale au milieu de laquelle on voit une ouverture qui correspond à la bouche.
 

La bouche doit permettre à la nourriture de passer

Bouche
 

 

bouche –trophus- mastax
Présentation de l'ensemble bouche –trophus- mastax qui vont permettre l'ingestion des aliments  
Fine dentition interne

Le trophus est du type virgé ,les rami possédent de grosses dents arrondies à leurs extrémités et de fines dents sur leurs faces internes

 

Trophus.
 

Oreillettes

 

Une des particularités des Notommata est d'avoir des oreillettes qu'ils sortent pour pouvoir nager.
Pour cette espèce , les oreillettes sont bien réduites et peu souvent observables.
 

 

Une autre particularité du genre est la présence d'organes rétrocérébraux bien développés .

 

 

Vue d'ensemble de quelques éléments internes du rotifère :

1 : glandes gastriques
2 : vitellogène
3 : estomac
4 : sac rétrocérébral
5 : mastax
6 : trophus
7 : glandes rétrocérébrales

 
 
Glandes

Deux orteils

 

 

A son extrémité , il possède deux orteils courts munis de quatre glandes pédieuses :deux grosses et deux autres beaucoup plus petites.Il y a aussi une petite papille entre les deux orteils
 

Ce rotifère est un grand consommateur de diatomées du genre  Pinnularia comme on peut le voir sur cette photo.

 

 

Diatomées
 

 

Antenne dorsale

 

 

Il possède sur la partie supérieure de la tête une antenne dorsale
 

Epipharynx.

 

 

 

Par contre une des particularités de ce rotifère est cet épipharynx orangé  situé en avant du mastax et qui semble assez complexe .Serait-ce pour faciliter la préhension et l'ingestion des grandes diatomées ?
  J'ai pu observer un œuf de durée situé à l'intérieur du corps d'un rotifère mort

 

 

Oeuf de durée.
 

 

 

Rotifère mâle.

 

Et chose plus rare dans ce type d'animal , j'ai eu la chance de pouvoir observer un mâle. Celui-ci  n'a pas d'appareil digestif comme beaucoup de mâles chez les rotifères.
 

Spermatozoïdes atypiques en forme de bâtonnet.

 

Sur la photo de ce mâle contracté , on peut voir le sac (testicule) qui contient ces « bâtonnets » (spermatozoïdes).


 


Pour conclure:
Il semble assez étonnant de trouver une nouvelle espèce de rotifère assez remarquable par sa taille et sans ressemblance avec d'autres espèces et ceci en France. Il se découvre surement de nouvelles espèces d'êtres vivants si on prend la peine d'aller explorer des contrées perdues , mais là , à quelques pas de sa porte , c'est encourageant .Vous voyez ce qu'il reste à faire : tous à vos microscopes.
Je tiens aussi à remercier toutes les personnes sur le forum de microscopies.com qui m'ont donné l'envie et la passion de l'étude de ces bébêtes.

 

 
   
M.V.