LA FLÈCHE DE MATHIAS



 UN DISPOSITIF D' ÉCLAIRAGE OBLIQUE

TRÈS UTILE

 
 

WALTER  DIONI                                                        DURANGO (DGO) MEXIQUE

 

 

 

L'éclairage oblique dans ses nombreuses variantes est l'une des techniques les plus utiles qui peuvent être employées par l'amateur (et le professionnel) pour examiner ses sujets microscopiques.

 

 
 

J'inclus dans le concept tout les dispositifs qui emploient la lumière qui passe autour des bords de quelques types d'obturateurs opaques, qui incluent les disques opaques pour champ noir, le classique trou clair dans la périphérie d'un disque opaque, l'éclairage oblique marginal (contraste de phase fait maison selon Sterrenburg) les filtres de Rheinberg, et les diaphragmes d'Illumination Circulaire Oblique raffinés ( désignés par ce sigle COL en Anglais) de Paul James.

 

 
 

Utilisés avec sagesse ces dispositifs bon marché de fabrication manuelle fournissent au microscopiste l'occasion de mieux voir des détails des matériaux les plus transparents, et même d'ajouter de la couleur à certains d'entre eux.

 

 
 

Tous sont plus ou moins raffinées, et ont besoin de précautions de centrage et de l'ajustement du condensateur qui font de leur utilisation, un art .

 

 
 

Surfant sur le WEB comme d'habitude à la recherche des nouveautés, je suis tombé sur un article d'Erhard Mathias qui décrit deux dispositifs peu communs pour obtenir l'intensification du contraste dans les matériaux microscopiques transparents. Je ne peux pas essayer l'un d'entre eux ( le dispositif de contraste de réfraction ) même s'il est le plus intéressant pour moi, parce que les objectifs de mon microscope ne sont pas appropriés à la modification nécessaire.

 

 
 

Mais l'autre était à ma portée comme il l'est pour tous les amateurs qui veulent l'essayer.

 

 
 

Mathias propose qu'un morceau de 3 centimètres par 7 de n'importe quel matériau opaque soit coupé à une extrémité comme une pointe de flèche à 45º. C'est tout. C'est ce que j'appelle la "Flèche de Mathias".

 

 
 

J'ai une préparation d'essai faite avec une pelure d'oignon d'abord soumise à l'effet d'une solution saline concentrée, fixée dans le fixateur de Russell, et montée dans PVA-G. Elle est très bonne particulièrement pour les basses et moyennes puissances, car elle montre l'architecture normale des parois cellulaires et elle a un protoplasme contracté qui montre le noyau et une texture cytoplasmique intéressante.

 

 
 

Équipé d'une flèche de Mathias de carton noir bon marché, j'ai mis sur la platine ma vieille préparation d'essai, et je l'ai mise au point. Alors j'ai ouvert le porte filtre de mon condensateur et j'ai glissé la flèche à l'intérieur. J'ai fermé le porte filtre et j'ai facilement obtenu un beau fond noir, mais sans aucune trace d'image.

 

 
 

Mais en manœuvrant la flèche en avant et en arrière et en la tournant d'un côté à l'autre, j'ai découvert les nombreuses manières dans lesquelles elle peut être employée pour obtenir l'éclairage en champ noir, et surtout l'éclairage oblique sous n'importe quel angle, même jusqu'à simuler un microscope de Nomarski (DIC) pour certains sujets, naturellement.

 

 
 

J'ai employé quatre autres objets d'essai : l'extrémité de la patte d'une cafard, une larve de moustique, quelques grains de pollen,  et aussi des cellules de ma propre joue.

 

 
 

J'attend que les exemples que j'ai inclus ici vous amènent à tester l'instrument. Vous avez besoin d'une minute pour le faire, et pouvez jouir des résultats pendant des heures.

 

 
 

Je compte également sur les amateurs qui ont des objectifs qui remplissent les exigences du dispositif de Mathias pour l'essai du « contraste de diffraction » l'essaient et communiquent les résultats. L'auteur montre dans sa page des images qui comparent le comportement d'un microscope à DIC à son dispositif. Ces résultats sont assez bons pour suggérer le besoin d'un essai à plus grande échelle.

 

 
 

L'article d'Erhard Mathias peut être lu à l'adresse suivante:

 

 
 

WWW.schwaben.de/home/mathias/english.HTML

 

 
 

Toutes les images ont été capturées avec mon microscope en utilisant des objectifs planachromatiques 10, 40 ou 100x. Le diaphragme d'ouverture était totalement ouvert, et l'illumination presque au maximum. Aucun colorant n'a été employé, et aucun autre filtre n'a été ajouté. La seule image modifiée était la pelure d'oignon teintée en jaune dans PhotoPaint pour imiter un filtre de couleur du DIC.

 

 

 

GALERIE


 
Les 4 photos de pelure d'oignon sont prises avec l'objectif 40x , la préparation est montée avec le PVA-G. La cinquième photo représente les ongles de la patte d'un cafard  (Periplaneta orientalis) avec l'objectif 10x, monté dans le PVA-L. La suivante est un détail de la cloche adhésive située entre les ongles, et qui permet au cafard de grimper aux murs, prise avec le 40x. La photo des cellules, à gauche, montées dans une solution saline physiologique, fut prise avec le 40x et la suivante avec le 100x. La photo nº 9 est la queue d'un moustique du genre Anophèles au 4 x, monté dans le GLG et la dernière représente des grains de pollen d'Ipomea purpurata, le liseron bleu, commun à Durango, sans coloratión, montés au PVA-G et photographié avec l'objectif 40x.

                                                       
                                                                                                                                                                                   
 
     WD


Vous pouvez retrouver l'Auteur de cet article au sein du groupe :

© MicrOscOpieS.com MicrOscOpieS.org Mikroscopia.com et les Auteurs.


Toute reproduction même partielle du site MicrOscOpieS.com ou des Articles du Magazine MicrOscOpieS
est interdite sans l'accord du Propriétaire ou des Auteurs

© Tous droits réservés. MicrOscOpieS.com , MicrOscOpieS.org & Mikroscopia.com