*

cebolla-01-a-title
HOMMAGE à UNE PELURE D'OIGNON
WALTER DIONI Durango (Dgo) Mexico


C'est probablement ainsi que je vis ma première image de  pelure d'oignon avec mon microscope  jouet.
Pas mieux que ça !




 

C' était au temps où le printemps restait figé en moi, car le printemps n'était pas une période de l'année mais un état de mon âme.
C 'était aussi le temps des moments d'émerveillement découverts dans les feuilles jaunies du livre de Biologie de la bibliothèque municipale.

 

 
 

C'est là que résidaient les cellules d'oignon à l'architecture hexagonale avec des cercles hachurés en guise de noyaux , et celles d'Elodea canadensis, aux petits ronds représentant les chloroplastes. Mais il y avait bien plus encore, le schéma de la cellule rectangulaire des poil staminaux de la Tradescantia avec la forme grisée des ponts du cytoplasme et des petites flèches indiquant le sens du courant de la cyclose.
Mais que pouvaient donc être des poils staminaux ?
Et une
Tradescantia ?

 
  Pour voir la cyclose  parcourir   lentement et régulièrement  les fines  lignes transparentes  du cytoplasme a travers la cellule de la Tradescantia  il fallu  presque 20 années supplémentaires de vie au jeune que j'étais alors.

 
  La Tradescantia est  une plante  exotique que je découvris beaucoup plus tard.

 
  Ces dessins avait la dureté du tracé à l'encre noire, et la naïveté de l'image schématique , mais ils suggéraient aussi la féerie de la nature représentée.

D'ailleurs une dizaine de pages plus loin, une planche aussi crue et plate résumait le concept de l'artiste sur le contenu d'une goûte d'eau.

Et les larmes montaient à mes yeux accélérant les battements de mon coeur.

 
  Dans cette goutte on pouvait voir la Vorticelle en forme de coupe avec son pédoncule enroulé et dont la base adhérait à un Spirogyre, la Paramécie, le Colpoda cucullus, et l'éblouissant Actinophris sol, tous enfermés dans le cercle noir et épais du champ de vision d'un microscope imaginaire.

 
  Toute l'année était printemps et les jours étaient des rêves où revenait sans arrêt le microscope jouet du magasin d'à côté.

 
  En attendant, la loupe à main me rapprochait de mon rêve et les araignées finissaient leurs jours dans des flacons d'alcool, les papillons sur des extenseurs d'ailes , et les fleurs de campanules ( Ipomea  cairica ) qui ornaient la clôture de ma maison dévoilaient leurs mystères sexuels sous l'implacable lame Gillette et les aiguilles à coudre de ma grand-mère emmanchées dans des baguettes de bois improvisées.

 
 

Il fut donc inoubliable ce jour de Juillet, où ma mère déposa dans mes mains, la petite boite de carton foncé. Alors mes mains accueillirent la merveille... de 20 centimètres de haut. La potence et la platine étaient articulées au niveau du pied où brillait un petit miroir de 2,5 cm de diamètre. Noires et mates, contrastant avec le chrome brillant et suggestif du tube qu'elles fermaient, c'étaient enfin les deux petites et mystérieuses lentilles .

 
  Et ce fut le fameux jour, de la pelure d'oignon !

 
  Ce fut aussi le jour de la découverte de la lame et la lamelle, du montage en milieu aqueux et de la coloration à la teinture d'iode, subtilisée à  la hâte  dans l'armoire à pharmacie familiale.

 
 

Enfin mon oeil droit a découvert,  sous un grossissement de  120  diamètres, ce qui était le véritable aspect  de la cellule végétale, de sa tendre couleur, et de sa profondeur, de l'aspect de son cytoplasme, de la vacuole centrale, et les multiples formes et positions du noyau.

Ah, merveille, l'iode prouvait l'existence réelle des nucléoles !

 
  Je n'oubliais ni n'abandonnais jamais l'humble cellule d'oignon. Elle resta toujours ma référence pour évaluer nombres de mes techniques d'observation.

 
  Aujourd'hui à soixante ans de distance, je souhaite rendre un hommage plus que mérité à notre Cendrillon, dans ses nouveaux habits de gala.


 
cebolla-19-d
40x - Diaphragme COL-D3
 



Aujourd'hui comme hier, j'utilise un microscope d'amateur bien que celui-ci n'ai plus 20 centimètres de hauteur.

 
 

Ce qui a changé c'est ma capacité de voir de plus petits détails et la capacité d'enregistrer ce que je vois. Mais mon sentiment d'assister à un miracle, chaque fois que je vois ces choses 'invisibles' lui, n'a pas changé.

 
 

Et ce qui a également changé avec le temps ,c'est la manière avec laquelle les hommes de science étudient la cellule y compris avec les nouveaux microscopes que seuls, quelques amateurs chanceux, ont entre les mains.

 
 

Pour poursuivre la lecture de cet article entrez dans la

GALERIE

(A suivre...)

 

Attention cette Galerie nécessite un écran en 1024 pixel

 



 
Cet article vous a intéressé ? vous a passionné ?
 
 
Alors nous vous invitons à en discuter avec son Auteur ou bien au sein du groupe
 
 
 
 

 

© MicrOscOpieS.com et les Auteurs.
Toute reproduction même partielle du site MicrOscOpieS.com ou des Articles du Magazine MicrOscOpieS est interdite sans l'accord du Propriétaire ou des Auteurs

 
 
© Tous droits réservés. Site: MicrOscOpieS.com & MicrOscOpieS.org